Biographie

Solange Ghernaouti, docteur de l’Université Paris VI-Sorbonne, est membre de l’Académie suisse des sciences techniques, professeure en sécurité du numérique à la faculté des HEC de l’université de Lausanne. Elle est directrice du groupe de recherche Swiss Cybersecurity Advisory and Research Group et du groupe Sciences de la complexité.

Experte internationale en cybersécurité auprès d’instances onusiennes, gouvernementales et d’institutions privées, elle est l’auteure de nombreux ouvrages scientifiques et de vulgarisation sur les télécommunications, la société de l’information, la transformation numérique, la cybersécurité, la cybercriminalité et le cyberpouvoir.

Par décret du 31 décembre 2013 du Journal Officiel français portant promotion et nomination (JORF n°0001 du 1 janvier 2014), Solange Ghernaouti est promue au grade de Chevalier de la Légion d’honneur pour ses travaux scientifiques et son rayonnement international.

Solange Ghernaouti a été reconnue de manière répétée par la presse suisse comme une des femmes exceptionnelles des milieux académiques et professionnels. Elle a été nominée en tant qu’une des cent personnalités qui représentent la Suisse romande (Forum des 100, L’Hebdo, 2011) ; a été inclue parmi les trois-cents personnalités les plus influentes de Suisse (Bilan, June 2011) ; a été classée parmi les vingt femmes qui représentent la Suisse (Bilan, 2012) ; et est l’une des cents femmes les plus puissantes de Suisse (Women in Business, 2012).


Quelques faits marquants du parcours professionnel de Solange Ghernaouti

Solange Ghernaouti est la première femme professeure de la faculté des HEC de l’Université de Lausanne  nommée en 1987 pour occuper la chaire d’informatique et de télécommunication nouvellement créée.

Elle a développé des enseignements relatifs à la maîtrise des risques, à la gestion des réseaux d’entreprise, des télécommunications et de la sécurité de l’information et des infrastructures numériques. Ses activités de recherches, développées autour du thème du risque informationnel, la protection des biens, des valeurs et des individus dans des environnements numériques n’ont cessé de se développer, initialement dans le cadre de son groupe de recherche dénommé SeDgE pour SEcurity in DiGital Environments, qui en 2011 a été rebaptisé SCARG pour Swiss Cybersecurity Advisory & Research group.

Secure Fingerprint version 3 (non-editable web-ready file)

Solange Ghernaouti est une experte internationale reconnue. Ainsi par exemple, elle a œuvrée, entre autres, auprès de l’Union International des Télécommunications (ITU) sur des sujets liés à la société de l’information et à cybersécurité y compris pour les pays en développement. Elle est intervenue lors des sommets mondiaux sur la société de l’information (WISIS), et fut membre du High Level Expert Group (HLEG)  for the Global Cybersecurity Agenda, et leader de groupes de travail internationaux. Les travaux qui a conduit à la publication du Global Strategic Report, référence internationale pour le développement des stratégies et politiques nationales de cybersécurité.

Ses recherches et enseignements concernent les problématiques de sécurité et celle liées aux usages abusifs, déviants, conflictuels ou criminels des technologies de l’information et de la communication et s’inscrivent dans une démarche transdisciplinaire. Son approche systémique, ses visions globales et spécifiques intègrent les dimensions politique, socio-économique, humaine, légale, managériale et technologique de la sécurité et de la criminalité du numérique.

Son ouverture sur les autres disciplines que celles purement technologiques l’a conduite en 2001 à créer un nouveau cours “Internet et société” au Département de Sociologie de l’Université de Genève (Diplôme d’Etudes Approfondies /: Maîtrise Universitaire Interdisciplinaire (Master) en Sciences de la Communication et des médias auquel elle fut associée jusqu’en 2013. Elle y a développé un enseignement et une réflexion transdisciplinaire sur les évolutions de la société induites par l’usage extensif des technologies du numérique et les impacts sur les individus, les organisations et les états.

S. Ghernaouti a contribué à créer un nouveau DEA interdisciplinaire “Droit, Criminalité et Sécurité des nouvelles technologies” en collaboration avec la Faculté de Droit et des Sciences Criminelles de l’UNIL dont elle a assumé le lancement et la direction de 2002 à 2004.
Premier enseignement inter facultaire et interdisciplinaire de l’Université de Lausanne, transformé en Master en Droit, criminalité et sécurité des technologies de l’information en 2006 suite aux accords de Bologne, ce programme est toujours unique en Suisse et rencontre un vif intérêt auprès des étudiants et du monde professionnel.

En 2018, elle remporte le Prix du Livre Cyber pour l’ouvrage « La cybercriminalité : les nouvelles armes du pouvoir », par la suite son livre « Cyberpower, crime, conflict and security in cyberspace » est traduit en chinois et est publié aux Presses universitaires de Pékin. C’est également l’année de la création de la Fondation SGH – Institut de recherche Cybermonde.

Solange Ghernaouti est également professeure invitée dans de nombreuses institutions dont notamment :

Au sein de l’Université de Lausanne, Solange Ghernaouti assume les responsabilités administratives suivantes :

  • Membre de la commission doctorale du département des systèmes d’information (2008 – 2015)
  • Membre de la commission de discipline de l’Unil (2009 – 2016)
  • Présidente de la Fondation Erna Hamburger (2012-2017), précédemment membre représentant l’Unil à la fondation Erna Hamburger qui a pour but d’apporter une aide matérielle, directe ou indirecte, à des femmes universitaires (2004 – 2012)
  • Présidente de la commission sociale de l’Université de Lausanne (2006 – 2016)
  • Directrice de l’Institut d’Informatique et Organisation UNIL (2004 – 2006)
  • Vice-doyenne de la Faculté des HEC (2004 – 2006)
  • Présidente de la commission Egalité des Chances (2005 – 2011) et précédemment Membre de la Délégation Egalité et de la commission des affaires féminines (1989 – 2004), de l’Unil
  • Membre du réseau Romand de Mentoring
  • Co-créatrice et Directrice de la Maîtrise universitaire en droit, criminalité et sécurité des technologies de l’information (2002 – 2004)
  • Directrice du Diplôme Postgrade en informatique et organisation (1990 – 1998). Durant cette période elle a fait partie des diverses commissions de l’université (question féminine, aide au développement, commission sociale, etc.)

Parmi les diverses responsabilités scientifiques que Solange Ghernaouti assume retenons par exemple :

Solange Ghernaouti  intervient régulièrement auprès de diverses institutions de recherche pour contribuer à la définition et à l’évaluation des politiques de recherche, des programmes et projets de recherche (notamment en Suisse au Secrétariat d’Etat à la formation, à la recherche et à l’innovation, SEFRI).

Solange Ghernaouti collabore au WG 3 « Secure ICT Research and Innovation » of the NIS Platform. ENISA (European Union Agency for Network and Information Security).

Solange Ghernaouti est membre du Permanent Monitoring Panel « Information Security » – World Federation of Scientists – Monitoring the Planetary Emergencies (plus d’informations ici).

Solange Ghernaouti est membre de l’EstWest Institute “Forging collective action for a Safer and Better World” et collabore activement au groupe de travail « Cybercrime Legal Working Group » (2011 – 20013)

Solange Ghernaouti est également:

 

Faits marquants

  • 1986 Doctorat en informatique et télécoms Université Paris VI (UMPC)
  • 1987 Première femme Professeure de la faculté des HEC de l’Université de Lausanne (UNIL)
  • 1989 Professeure invitée à Columbia University, New York
  • 1990 Premier livre publié chez EYROLLES Paris « Réseaux, applications réparties normalisées » et Directrice du diplôme postgrade en Informatique et Organisation
  • 1992 Enseignement à l’Ecole Centrale de Paris et à l’ESSEC
  • 1998 Professeure invitée au centre de recherche de France Telecom (Orange Labs) et Publication du livre « Stratégie et ingénierie de la sécurité des réseaux » chez InterEditions
  • 1999 Publication du Que sais-je ? « De l’ordinateur à la société d’information » co-écrit avec Arnaud Dufour
  • 2000 Publication du livre « Sécurité Internet » chez Dunod
  • 2001 Professeure invitée au Département de Sociologie de l’Université de Genève (UNIGE)
  • 2002 Publication du Que sais-je ? « Internet et sécurité » et Direction du DEA en Droit, Criminalité et Sécurité des nouvelles technologies
  • 2003 Intervention au Sommet Mondial sur la Société de l’Information, Genève
  • 2004 Vice-Doyenne de la faculté des HEC ; Directrice de l’institut des Systèmes d’Information et Projet SECOQC
  • 2005 Présidente de la commission Egalité des Chances de l’UNIL
  • 2006 Présentation lors de la World Telecommunication Conference à Doha du « Guide de la cybersécurité pour les pays en développement » ; Directrice de la commission sociale de l’UNIL et Première édition du libre « Sécurité informatique et réseaux » chez Dunod
  • 2007 Professeur invitée au Centre de Criminologie Comparée de l’Université de Montréal et Leader de deux groupes de travail internationaux du Global Security Agenda de l’ITU
  • 2008 SECOQC Vienne et Première mondiale d’un réseau métropolitain pouvant router des clés de chiffrement réalisée par mécanisme quantique
  • 2009 Publication du livre « La cybercriminalité : Le Visible et l’Invisible » aux PPUR
  • 2010 Publication avec René Berger du libre « Technocivilisation » aux PPUR
  • 2011 Fait partie des 100 personnalités de Suisse Romande (L’Hebdo) et des 300 les plus influentes de Suisse (Bilan)
  • 2012 Présidente de la Fondation Erna Hamburger ; Fait partie des 20 femmes qui font la Suisse (Bilan)
  • 2013 Membre de l’Académie Suisse des Sciences Techniques (SATW) ; Publication du livre « Cyberpower » chez EPFL Press ; Publication de la 4ème édition du livre « Sécurité Informatique et réseaux » chez Dunod
  • 2014 Chevalier de la Légion d’Honneur ; Ancienne auditrice de l’Institut des Hautes Ecoles de Défense Nationale – Ecole Militaire de Paris (IHEDN) ; Projet européen e-crime – The economic impacts of cybercrime.
  • 2015 Projet européen Prismacloud ; Membre du comité scientifique du forum International des Technologies de la Sécurité ; Accociate Fellow, Geneva Center for Security Policy (GCSP) ; Experte auprès du Centre pour le Contrôle Démocratique des Forces Armées (DCAF)
  • 2016 Membre de la Commission suisse de l’Unesco ; Membre de la Commission suisse de l’Unesco ; Membre de la Commission d’experts Cyber risques du SEFRI ; Experte auprès de l’Organisation internationale de la francophonie.
  • 2017 S. Ghernaouti lance son blog “Cybersécurité” sur la plateforme du journal “Le Temps”.

  • 2018 Prix du Livre Cyber pour l’ouvrage « La cybercriminalité : les nouvelles armes du pouvoir » ; par la suite son livre « Cyberpower, crime, conflict and security in cyberspace » est traduit en chinois et est publié aux Presses universitaires de Pékin. Elle fut également l’invitée de la Chaire David Constant de l’Université de Liège. C’est également l’année de la création de la Fondation SGH – Institut de recherche Cybermonde.

 

Des nouvelles du siècle passé …

Solange Ghernaouti est Docteur en Informatique de l’Université de Paris VI. Elle a été architecte de réseaux et expert en normalisation internationale pour diverses sociétés internationales basées en France.

Durant les années 1984 à 1987, S. Ghernaouti a créé divers enseignements relatifs à la gestion et à la sécurité des réseaux, notamment pour l’Université Paris VI, des instituts de formation continue de l’Ecole Nationale Supérieure des Télécommunications (Sup-Télécom Paris), Ecole Centrale, ESSEC et France Telecom-Transpac. Elle est par ailleurs intervenue en 2007 et 2008 comme chroniqueuse au journal “Le Temps” – chronique “Un temps d’avance” – pages “Management” du vendredi

Réaction de Solange Ghernaouti à l’annonce de l’obtention du grade de Chevalier de la Légion (7 janvier 2014)

En 1987 je débarquais à l’université de Lausanne avec :
– un pays à découvrir ;
– une passion à développer : celle de d’apprendre, de comprendre, de partager et d’innover en matière de télécommunication et sécurité informatique;
– une voie à ouvrir: celle de la première femme professeure de la faculté des HEC de l’Université de Lausanne ;
– une voix à faire entendre pour défendre les plus faibles et pour contribuer à faire respecter le droit à l’égalité entre les femmes et les hommes tout en valorisant les différences inhérentes à chacun ;
– une vie de femme et de mère à construire et à vivre.

26 ans plus tard j’accueille, en toute humilité et reconnaissance, l’honneur qui m’est fait aujourd’hui, après celui d’avoir été intronisée en 2013, à l’Académie suisse des science techniques, comme une récompense pour le mérite d’avoir parcouru un chemin difficile avec courage et ténacité, une récompense qui reconnait la valeur de mon engagement citoyen et de scientifique engagé au service de la société, mes compétences et expériences en matière de cybersécurité ainsi que mon rayonnement international.

La médaille ne fait pas le champion… cette distinction n’est pas une finalité mais elle permet d’ouvrir sur de nouveaux possibles et de continuer à œuvrer pour plus de justice et de sécurité dans le cyberespace et dans le monde. “I will bring this distinction to the cause of improving cyber-living for all of us!